418
Partages
Partagez avec vos amis !










Submit

Michael Herklots n’est pas que le vice-président de la vente et du développement chez Nat Sherman (le spécialiste new-yorkais du tabac). C’est aussi et surtout un fin connaisseur de tous ces arts (presque) perdus. Et à ce sujet, l’homme livre volontiers ses conseils pour profiter au mieux d’un (très) bon cigare. Il aurait été dommage de ne pas y jeter un oeil, n’est-ce pas ?

De l’art de bien choisir son cigare

Il convient tout d’abord de choisir son cigare en fonction du temps que l’on a à lui accorder. Si vous n’avez que quelques minutes devant vous, optez pour un petit Corona ou un petit Robusto. Si vous avez 30 à 45 minutes, vous pouvez prendre un Robusto, un Toro, ou un Corona Gorda. Et si vous avez plus d’une heure de temps libre, un classic Churchill ou un magnifique Torpedo seront déjà plus indiqués. Mais surtout, surtout, ne coupez jamais un cigare en deux, et n’allez pas chercher sur le cendrier le cigare de la veille.

Aussi, il faut bien garder en tête que plus un cigare est long, moins il deviendra chaud et plus il aura le temps de développer ses arômes. La combustion prend du temps pour transformer le solide en liquide et en gaz, et ce temps est nécessaire pour libérer toutes les saveurs dudit cigare.

Plus un cigare est gros, plus il contient de tabac dans le mélange. Ceci étant dit, tous les cigares d’une certaine qualité utilisent deux feuilles différentes, une à l’intérieur et une pour l’emballage. Sur un cigare fin, la feuille extérieure aura davantage d’influence dans les arômes puisqu’il y a moins de tabac à brûler. Il y a aussi davantage d’air dans la fumée d’un gros cigare, celui-ci paraîtra plus « rond » en bouche, tandis qu’un cigare fin laissera une marque bien plus concentrée sur les goûts.

Contrairement à la croyance populaire, les cigares les plus sombres ne sont pas toujours les plus forts, ils utilisent simplement une feuille Maduro pour l’emballage, laquelle offre souvent un goût plus doux ou doux-amer. A contrario, un cigare clair peut contenir des tabacs plus forts. Ceci étant dit, s’il fallait une règle générale, si vous préférez les cigares doux, mieux vaut chercher un cigare à la couleur clair, et inversement, des tons plus foncés pour des goûts renforcés. Mais évitez les plus sombres.

Comment savoir quand son cigare est fini ?

Un très bon cigare ne s’avale pas, ne s’inhale pas devrait-on dire. Il faut simplement faire comme si buviez à la paille. Aspirez, retenez le tout dans votre bouche, sur votre palais, retenez la fumée quelques instants et expirez. Laissez votre palais profiter du moindre des arômes que le cigare a à révéler.

Il y a bien des manières de couper un cigare – une étape obligatoire avant de le déguster -, mais la plus commune est très certainement une coupe franche et nette, avec un coupe cigare à guillotine. Vous le préfèrerez à double lame. Placez-le autour du cigare, cigare placé à la verticale sur votre table, l’extrémité fermée vers le bas, pressée contre la table. D’une main, vous tenez le cigare, de l’autre, vous coupez net un tout petit bout.

Il n’y a pas de règle pour définir quand un cigare est vraiment terminé ou non. La seule conduite à suivre est celle du plaisir. Fumez-le tant que vous y prenez du plaisir. Quand vous jugez en avoir terminé, arrêtez-vous. Posez-le dans le cendrier et laissez-le s’éteindre tout seul.

418
Partages
Partagez avec vos amis !










Submit