Les hommes seraient-ils après tout dotés d’un sixième sens, leur permettant de repérer à des kilomètres à la ronde les femmes infidèles ? C’est ce que semble conclure une étude, menée le plus sérieusement du monde par l’Université d’Australie-Occidentale.

Ainsi, des chercheurs de cette université affirment que les hommes sont en mesure de jauger de la crédibilité d’une femme en regardant simplement sa photographie. A l’heure où les rencontres sont d’abord virtuelles avant de se concrétiser dans le réel, et où Tinder semble être devenu la norme pour la grande majorité des hommes, ce serait donc là un sacré avantage. Sauf qu’en réalité, on ne rencontre jamais la personne qu’on s’imaginait lorsqu’on l’a vue pour la première fois en ligne, au travers d’une photographie.

Alors, comment cette équipe de scientifiques au demeurant très appliqués ont pu tirer une telle conclusion ? Et bien, pour cela, il faut suivre le déroulé de l’étude, dirigée par le Dr Samantha Leivers, durant laquelle les participants se sont vu donner 17 cartes, sur lesquelles étaient systématiquement imprimées deux photographies de femmes différentes, mais pourtant de même âge et d’appartenance ethnique semblable. L’une de ces femmes affichait une fidélité à toute épreuve, l’autre avait déjà été attrapée la main dans le sac, à tromper l’un de ses partenaires. Après qu’on ait demandé aux participants d’identifier les femmes infidèles, il est apparu que la plupart ont su viser juste, sans n’avoir d’autres informations qu’une simple photographie. 55 des 59 hommes interrogés ont atteint un taux de 100% de bonnes réponses.

Et là, on en revient à Tinder où l’on choisit de parler à une personne uniquement après avoir vu sa photo. Alors, comment se fait-il que les hommes arrivent encore à se tromper « dans la vraie vie » ? « On n’attend pas d’eux qu’ils soient à 100% précis lorsqu’ils regardent le visage d’une personne quelques secondes durant » conclut le Dr Leivers. « Mais le fait qu’ils aient pu atteindre de tels résultats avec si peu d’informations en main est plutôt cool ». Les chercheurs semblent donc assurés du fait que la manière dont les gens se présentent sur les photos permet de donner des indices sur leurs capacités émotionnelle et empatique. Peut-on alors en déduire que même en abordant une expression de visage neutre, les femmes sont malgré tout trahies par leur « vraie nature » à cause d’une simple photographie ?