L’artiste américain Gary Lockwood a fait de la basket son nouvel objet de prédilection. Plutôt que de les customiser – la tâche aurait été trop simple -, il a pris le pari de les déstructurer, pour les transformer en masques.

Et si le nom de Gary Lockwood ne vous dit rien, c’est normal. Il a désormais l’habitude d’être hélé par son nom d’artiste : Freehand Profit. Basé à Los Angeles, il vient d’achever la réalisation d’une série de masques inspirés de ceux portés par les graffeurs. On vous laissera vous faire votre propre avis sur la démarche :