8
Partages
Partagez avec vos amis !










Submit

Non pas qu’on ait décidé de vous faire peur, mais nous vous rappelons que la fracture du pénis est bel et bien possible. Avec en prime des troubles de l’érection jusqu’à la fin de vos jours si jamais elle n’était pas traitée correctement (en sachant qu’il va être la plupart du temps impératif de passer sur le billard, on vous laisse imaginer la phase de convalescence…). Ceci étant, pour vous éviter d’en arriver là et de vous voir imposée une longue période d’abstinence, on vous invite à éviter autant que faire se peut ces 3 positions sexuelles.

Pas la peine de vous faire un dessin, mais…

Le fait d’afficher une vigueur certaine au niveau de l’entrejambe n’a pas franchement que des avantages. Car c’est bien la rigidité extrême de votre membre et votre vigueur sous la couette qui vont pouvoir entraîner une fracture du pénis. De manière générale, ce type de fracture intervient au moment où vous allez sortir du vagin de votre partenaire : au lieu de rentrer à nouveau, vous allez cogner votre pénis contre son périnée. Pas la peine de vous faire un dessin, vous allez alors entendre un bruit de craquement, et vous vous retrouverez en moins de temps qu’il ne faut pour le dire le pénis bleui et plié par la moitié. Ouch, comme vous dites.

Trois positions à bannir absolument ?

Mais voilà : il s’avère qu’au moins trois positions vont maximiser les chances de vous fracturer le membre, comme le rapporte une étude relayée il y a un moment de cela dans la publication Advances in Urology. Prenez des notes, il s’agit de l’Andromaque (la femme est assise sur l’homme allongé, face à lui), la levrette et le missionnaire. Sans doute ne comptez-vous plus le nombre de fois où vous avez expérimenté ce trio avec une fougue certaine. Autant le dire : il va être temps de changer vos habitudes !

8
Partages
Partagez avec vos amis !










Submit